EN GUISE D HOMMAGE ET DE REMERCIEMENTS A UNE DAME EXCEPTIONNELLE QUI VIENT DE REJOINDRE LA MAISON DU PERE….



EN GUISE D HOMMAGE ET DE REMERCIEMENTS A UNE DAME EXCEPTIONNELLE QUI VIENT DE REJOINDRE LA MAISON DU PERE….

NOUS ETIONS EN AVRIL 1970. CE SOIR-LA ,IL FAISAIT UNE NUIT D ENCRE,LE CIEL AVAIT ETEINT SA GROSSE LAMPE ET LES TENEBRES D AVANT LA CREATION ETAIENT COMME REVENUS…

8 JOURS DEJA QUE MON FRERE FRANTZ ET MOI ETAIENT EN CAVALE,

MON ONCLE LE COLONEL CAYARD AVAIT GAGNE LA MER A LA TETE DES GARDES-COTES ET AVAIT BOMBARDE 3 JOURS DURANT LE PALAIS NATIONAL, RESIDENCE DU PRESIDENT FRANCOIS DUVALIER …

TOUTE NOTRE FAMILLE AVAIT ETE ARRETEE. A L EXCEPTION DE DEUX ONCLES PAR ALLIANCE : AMBERT SAIDOUX,JUGE A LA COUR DE CASSATION ET EMILE CHARLES {MILOT} DIRECTEUR DE LA DOUANE DE PORT-AU-PRINCE.

CES MESSIEURS S OCCUPAIENT ACTIVEMENT DE NOS PERILLEUX DEPLACENMENTS D UNE PLANQUE A UNE AUTRE

NOS JOURS ETAIENT PRATIQUEMENT COMPTES.L ARMEE,LA POLICE ET LES MACOUTES ETAIENT A NOS TROUSSES ARDEMMENT..ET A CETTE EPOQUE TOUS CEUX QUI ABRITAIENT OU AIDAIENT LES ENNEMIS DU GOUVERNEMENT ETAIENT EMPRISONNES ET PARFOIS ABATTUS.

IL PARAIT QU ON AVAIT RAPPORTE A DUVALIER QUE NOUS ETIONS DES TERRORISTES ARMES QUI PREPARAIENT DES ACTIONS DE SABOTAGE PR DESTABILISER SON GOUVERNEMENT A L INSTAR DE HECTOR RIOBE ,ET PREPARER LE RETOUR DU COLONEL…

ET FRANCOIS DUVALIER PARAIT-IL AURAIT DONNE L ORDRE DE NOUS CAPTURER MORTS OU VIFS..

PANIQUE…

ACCROUPIS DERRIERE UN MURET DANS LA COUR D UNE PETITE MAISON AU HAUT DE DELMAS,NOUS ATTENDIONS, LE COEUR BATTANT, L ARRIVEE DE MILOT QUI DEVAIT NOUS CONDUIRE VERS UNE AUTRE CACHETTE…

LA VEILLE AU SOIR,UN CAMION REMPLI DE GENDARMES AVAIENT ENVAHI NOTRE REFUGE ET AVAIENT ARRETE LES PROPRIETAIRES QUI NOUS AVAIENT HEBERGES.
LA SERVANTE SEMBLE T IL AVAIT SIGNALE NOTRE PRESENCE SUSPECTE A SON PETIT AMI MACOUTE DE SON ETAT

ET C EST DE JUSTESSE QUE NOUS AVIONS PU NOUS ECHAPPER EN SAUTANT DE L AUTRE COTE DU MUR ARRIERE.

L ATTENTE FUT DE COURTE DUREE.JE VIS BIENTOT APPROCHER LA CHEVROLET VERTE DE MILOT QUI S ARRETA ET NOUS GRIMPAMES DANS LA VOITURE, PRENANT IMMEDIATEMENT NOTRE POSITION RECROQUEVILLEE.

LA VOITURE ROULA PENDANT ENVIRON 10 MINUTES PUIS S ENGAGEA DANS UN CHEMIN EN TERRE PENDANT 5 MINUTES PUIS S ARRETA NET.(J APPRENDRAI PAR LA SUITE QU IL S AGISSAIT DE DELMAS 48, PEU FREQUENTE A L EPOQUE}

MILOT NOUS PARLA POUR LA PREMIERE FOIS:
_ KOMAN NOU YE TI MESSIEU?
-NAP KIMBE…TONTON MILOT
_METE GASON SOU NOU ET PARE POU NOU DEFAN N Vi Nou…

_ OUI TONTON MILOT
REPONDIMES -NOUS A L UNISSON D UNE VOIX A PEINE AUDIBLE,AFFAIBLI PAR LE STRESS ET LA FAIM…

NOUS ETIONS LA DEPUIS ENVIRON 10 MINUTES ATTENDANT JE NE SAIS QUOI…

DANS CES MOMENTS-LA LE TEMPS N AVAIT PLUS LA MEME FONCTION.IL SIGNIFIAIT PLUTOT DANGER IMMINENT ET PERMANENT…

SOUDAIN,ON ENTENDIT LE BRUIT D UNE VOITURE QUI AVANCAIT LENTEMENT,TOUS FEUX ETEINTS , PUIS S ARRETA UN PEU PLUS LOIN..

MILOT NOUS ORDONNA D ALLER MONTER DANS CETTE VOITURE ET SURTOUT DE NE PAS POSER DE QUESTIONS…

NOUS MIMES RAPIDEMENT PIEDS A TERRE VERS LE VEHICULE INCONNU…

LA NUIT PARAISSAIT ENCORE PLUS NOIRE … LES BRUITS DE LA VILLE S ETAIENT TUS A PART LES ABOIEMENTS LOINTAIN D UN CHIEN, APEURE PEUT-ETRE LUI AUSSI…

FRANTZ ET MOI NOUS NOUS ENFOUIMES DS LE VEHICULE SUSPECT QUI DEMARRA AUSSITOT.

JE N AI PAS PU VOIR LE VISAGE QUI ETAIT DERRIERE LE VOLANT ET QUI D AILLEURS SEMBLAIT SE CACHER.MAIS J AI PU REALISER QUE C ETAIT UNE PERSONNE ASSEZ CORPULENTE..,MAIS SEULE..

C EST ALORS QUE J ENTENDIS UNE VOIX DE FEMME QUI SANS SE RETOURNER NOUS DIT:

_MESSIEURS COMMENT ALLEZ-VOUS? JE NE VOUS CONNAIS PAS ET VOUS NE ME CONNAISSEZ SUREMENT PAS.,,,JE FAIS CECI PARCE-QUE JE SUIS UNE MERE AVEC DES ENFANTS AUSSI…

ET PUIS CE FUT TOUT..

PUIS ELLE NOUS TENDIT 2 PETITS PAQUETS QUE NOUS OUVRIRONS PLUS TARD.ILS CONTENAIENT CHACUN UNE CUILLER, UNE FOURCHETTE ,UN COUTEAU ET 100 GOURDES.

NOUS REPRIMES COMME A L HABITUDE NOTRE POSITION DE FOETUS,LA TETE ENFONCEE ENTRE LES JAMBES…

LA VOITURE ROULA SUR LA ROUTE EN TERRE,LES FEUX ALLUMES CETTE FOIS,PUIS CE FUT L ASPHALTE PENDANT UNE QUINZAINE DE MINUTES..
SOUDAIN ELLE S ARRETA ET LA DAME KLAXONA..2 SONS SECS..PIN PINP..
J ENTENDIS LE CRISSEMENT D UNE BARRIERE QUI S OUVRAIT PR SE REFERMER SITOT QUE LA VOITURE FUT RENTREE.
ELLE ROULA LENTEMENT DS CE QUI DEVAIT ETRE UNE GRANDE COUR ,TOURNA A DROITE POUR S ARRETER IMMEDIATEMENT.

ELLE NOUS PRIA DE DESCENDRE ET DS UNE VOIX CASSEE DE SANGLOTS ELLE NOUS DIT:BONNE CHANCE LES ENFANTS.QUE DIEU VOUS PROTEGE…
PUIS ELLE REPARTIT.

NOUS ETIONS A L AMBASSADE DU LIBERIA A BOIS-PATATE.
LA SUITE ALLAIT ETRE TERRIBLE..

MILOT ET AMBERT SAINDOUX FURENT ARRETES QUELQUES JOURS PLUS TARD.

CE N EST QUE PLUSIEURS MOIS APRES LA MORT DE DUVALIER QUE MILOT ME REVELA LE NOM DE L INCONNUE QUI AVAIT PRIS TANT DE RISQUES PR NOUS SAUVER LA VIE…
ELLE S APPELLAIT: MADAME MARLENE BAILLY…..

Print Friendly, PDF & Email