Le chef de l’État crée un comité de discussion mais ne compte pas céder aux pressions de la rue

 

Le chef de l’État crée un comité de discussion mais ne compte pas céder aux pressions de la rue

Pour sa part, le Dr Réginald Boulos du Mouvement troisième voie (MTV) a déclaré : « Je crois que le président a le droit de nommer qui il veut pour défendre ses intérêts. C’est quand même malheureux qu’il ait choisi d’intégrer autour de quelques personnes sérieuses, dans cette commission, les cavaliers de l’apocalypse qui ont contribué grandement à l’échec du président. C’est donc une commission qui défend seulement les intérêts du président et de ses proches. »

En revanche, a nuancé l’homme d’affaires, « une commission pour résoudre la crise c’est une autre question. Or on en est loin. Rien ne pourra marcher tant que le président n’a pas entrepris les trois choses suivantes : 1. Assumer sa responsabilité dans la débâcle que connaît le pays. 2. Étre prêt à faire n’importe quel sacrifice. 3. Mettre son mandat sur la table de négociation. Aussitôt que ces trois conditions sont remplies, la commission de facilitation créée dans le cadre de l’alternative consensuelle pourra éventuellement négocier le départ du président », a avancé Réginald Boulos.

https://lenouvelliste.com/article/207779/le-chef-de-letat-cree-un-comite-de-discussion-mais-ne-compte-pas-ceder-aux-pressions-de-la-rue

Print Friendly, PDF & Email