Les dollars tout frais de Jovenel Moïse et de PHTK

 

 

Les dollars tout frais de Jovenel Moïse et de PHTK

Il y a des dollars neufs qui circulent dans la République ! Aujourd’hui, le président Jovenel Moïse respire l’odeur de l’argent qatari tout frais, PHTK en profite aussi, les bourgeois Tèt Kale se partagent les dollars qataris…le Qatar Holding LCC avance, sur les commissions, 131 millions de dollars.

Cet argent ne va pas dans les caisses publiques, c’est un soutien au régime de PHTK qui est entrain de signer avec le Qatar Holding LCC ce fameux contrat relatif aux mines d’Haïti. Selon une source proche du dossier, tout avance bien, le gâteau est bien séparé, les américains et les dominicains s’en sortent avec leur part bien sucrée. Les qataris sont tellement confiants qu’ils ont viré 131 millions de dollars d’acompte pour soutenir le régime.

Ola ola ! Au nom de nos richesses souterraines, le prince Cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani a viré 131 millions de dollars pour aider Jovenel Moïse à se maintenir au pouvoir !

L’argent est là depuis 30 juin dernier, selon une source diplomatique qui en a profité pour révéler que certains diplomates influents ont reçu des ports de vin. Avec cette manne, Jovenel Moïse est entrain de consolider ses soutiens locaux et étrangers. notre source révèle que c’est Jovenel Moïse qui paie les frais de voyage des diplomates étrangers rentrés en Haïti venus apporter leur soutien au pouvoir.

Mmmmmmmm ! Un pays aussi pauvre qu’Haïti paie les frais de voyage d’officiels étrangers !

Une autre partie de cet argent va sur le macadam. La rue s’est assagie. Comme si cela ne suffisait pas et pour profiter de cet accalmie, Jovenel a fait entrer de nouvelles armes venues de Panama, de nouvelles cargaisons de munitions débarquées dans les côtes Sud dans la nuit du 1er au 2 juillet, Jovenel Moïse va renforcer ses gangs et trouver des remplaçants aux chefs de gang trouvés trop peureux comme Arnel dans l’Artibonite.

Depuis le 30 juin 2019, il y a une opération d’achat de gourdes cash à Port-au-Prince. Un ami pompiste me l’a confirmée. On ne distribue pas de l’argent dans les bases en dollars, on convertit le dollar en gourdes. C’est une aubaine pour la gourde qui reste à son niveau. Le gouvernement a trouvé là une ressource inespérée pour remplacer les devises des touristes et stabiliser la gourde.

C’est une raison de plus pour que le peuple se soulève contre ce gouvernement. Le pays sombre et pendant ce temps nos gouvernants s’enrichissent au travers de moyens plus que douteux. Nous sommes revenus au temps des chimères armées par Lavalas en pire.

Jovenel Moïse bluffe le pays en prétendant que la misère s’est aggravée parce que les 230 millions de dollars du FMI n’entrent pas dans les caisses publiques. C’est faux, archi faux. Pour mater les manifestations, le pouvoir et ses bourgeois ont déjà dépensé beaucoup d’argent. Et avec ces 131 millions du Qatar le gouvernement dispose de moyens inespérés.

À part quelques karanklou de l’entourage de Jovenel, ce sont surtout des étrangers qui beneficient de cet argent, des américains et Antonio Sola en tête. Les petits soldats comme Rosemond Jean ne trouvent que quelques milliers de gourdes. Si Gary Bodeau et Cholzer Chancy trouvent des dollars, les députés de seconde zone comme Alfredo Antoine et Hyppolite ne récoltent que quelques liasses de 1000 gourdes neuves.

Les parlementaires non corrompus doivent rejoindre le peuple pour renverser Jovenel Moïse. Ils doivent comprendre que Jovenel Moïse ne va jamais changer. Il viendra le moment où le peuple se réveillera et demandera des comptes à ses représentants. Le moment venu Jovenel n’aura plus besoin des parlementaires dont le mandat sera devenu caduc. Il sera trop tard pour ces parlementaires qui se retrouveront sans rien et devront faire face à la vindicte de la foule en colère. Parlementaires, il est temps que vous choisissiez le bon camp, la justice finira par triompher.

Jovenel Moïse est un petit nègre qui cherche toujours à intégrer le club syro-libanais Haïti Chérie. Il apprendra lui aussi mais trop tard qu’il n’est qu’un jouet qui servira le moment venu de fusible.

Frantz HECTOR
Spécialiste en droit international

Print Friendly, PDF & Email