La note de CORE GROUP vue par un expert en relations diplomatiques

La note de CORE GROUP vue par un expert en relations diplomatiques.

A bien analyser la note du CORE GROUP avec les grilles du code diplomatique, il y est clairement exprimée la fatigue des acteurs de l’International avec le président d’Haïti Jovenel Moïse, un président qu’ils ont pourtant porté au point de l’installer à son poste. Mais un Président qui n’aime pas qu’on le critique ou qu’on lui fasse des recommandations..

«Le président Jovenel Moïse ne nous aide pas à l’aider » c’est ce qu’un diplomate Européen m’a confié ce matin lors d’un entretien téléphonique.

Dans la note publiée hier, il n’est fait mention nulle part de formation de gouvernement.

Les membres du CORE GROUP ont commencé par condamner l’incident survenu au Sénat. Élégance diplomatique exige.

Le point le plus important de leur note est l’appel à ce « large débat ». Notez bien, ils ont pris le soin de ne pas utiliser le mot « dialogue » car ils estiment que le président a galvaudé ce mot clé des diplomates qu’est le terme « dialogue”’.

En effet après avoir nommé un ancien premier ministre à qui il a mis des bâtons dans les roues en chargeant en parallèle le très controversé maire des cayes de faire de même, il a ensuite créé une commission, véritable mascarade pour tromper tout le monde, ou du moins c’est ce qu’il pense.

Les diplomates en Haïti ne sont plus dupes et ont compris depuis quelque temps que Jovenel est un lunatico paranoïaque imbu de sa personne.

Les membres du CORE GROUP parlent d’un «agenda de reformes », ce qui en langage diplomatique fait référence à un plan bien ficelé avec des changements et des échéances devant succeder au« large débat national sans pré conditions ».

En clair, les errances et les incapacités du président Jovenel Moïse ont fini par lasser ses alliés de l’international et par conséquent ils le lâchent.

Le message est clair dans la note, le CORE GROUP n’a fait référence nulle part au respect de la constitution et du mandat. Ils ont parlé de « réformes » et d’élections parlementaires.

Désormais, c’est clair, le président Jovenel Moïse est devenu embarrassant pour ses amis de l’international.

Jolius MENARD
Ancien Conseiller du Représentant Spécial des Nations Unies au Bénin

Print Friendly, PDF & Email