Youri Latortue crie aux magouilles des haut – placés, pour sauver la peau du Délégué départemental du Nord

 

 

*Youri Latortue crie aux magouilles des haut – placés, pour sauver la peau du Délégué départemental du Nord*

Après l’arrestation du délégué départemental du nord Antoni Jules hier dans le cadre de l’affaire criminelle Café Trio, le Sénateur Youri Latortue s’exprime très tôt ce mardi 14 mai 2019 sur les ondes d’une radio pour dénoncer l’interférence des politiques qui d’après lui manœuvrent de contrôler la justice en essayant d’influencer le commissaire du gouvernement du Cap-Haïtien et du doyen pour remettre en liberté Antonio Jules par un jugement en habeas corpus.

Hier, 13 mai, le juge instructeur Emmanuel Vertilaire a procédé à l’arrestation du délégué Antonio Jules qui était soupçonné d’être impliqué au lancement de gaz lacrymogènes le 30 avril 2018 au Café Trio du Cap-Haïtien alors que les sénateurs Jacques Sauveur Jean et Youri Latortue y donnaient une conférence concernant la dilapidation des fonds de Petro Caribe.

Alors que, après cette arrestation, certains commençaient à parler d’avancée de l’enquête, très tôt ce matin, le sénateur Latortue leur enlève tout espoir en dénonçant la politique de l’exécutif qui s’immisce de plein pieds dans le travail de la justice.

Le sénateur Latortue, explique les intimidations proférées à l’endroit du commissaire du gouvernement du Cap-Haïtien et du doyen pour empêcher les suites procédurales.
Selon le sénateur, une demande pour que le délégué soit jugé en habeas corpus est en gestation, et il exhorte le doyen à rejeter une telle demande qui selon lui ne relève d’aucune légalité.

Suite à l’intervention de La tortue, d’autres techniciens en droit ont réagi sur la radio pour présenter l’antithèse comme quoi un accusé peut demander l’habeas corpus s’il estime que l’arrestation est arbitraire et illégale.
Pendant que cette bataille dialectique se fait entre les juristes, il faut rappeler que cette attaque avait fait plusieurs blessés et provoqué la mort du porte-parole du groupe Tropicana.

Suite aux inquiétudes de La tortue , il faut se demander si justice se fera réellement ou si pour énième fois le droit se réduira à un simple instrument télécommandé à volonté par les politiciens haïtiens.

Print Friendly, PDF & Email