HAITI : Le parlement défend la démocratie et l’état de droit.

Star of DavidOmega

HAITI : Le parlement défend la démocratie et l’état de droit.

 

Avec une grande détermination et un étonnant courage, certains des  parlementaires se révèlent être de ces rares hommes et femmes d’état, dont l’action est motivée principalement par les intérêts supérieurs de la nation.  S’ils élèvent aujourd’hui leurs voix pour réanimer un processus démocratique longtemps moribond, et éviter au pays la brutalité et l’arbitraire des dictatures trop bien connues des haïtiens, ils méritent l’admiration, le respect, la gratitude et le support de nous tous, individuellement, et collectivement.

 

Tant au Sénat qu’à la Chambre des Députés, les leaders parlementaires agissent pour prouver à tous qu’ils sont bien imbus des intérêts supérieurs de notre république, autant dans la sauvegarde des libertés individuelles, le respect des droits humains de tous les citoyens, que dans le fonctionnement régulier, légal et libre d’un système démocratique de gouvernement représentatif, dans un état de droit.  

 

De plus en plus en Haïti, on dénonce un gouvernement qui piétine les valeurs morales des peuples civilisés, qui emprisonne sous de fausses accusations, ment effrontément, pille sans vergogne, et assassine avec lâcheté. Après la mort suspecte du juge Jean Serge Joseph, et l’arrestation illégale de Mr. Enold Florestal, battu et torturé en prison, nos parlementaires ont raison de craindre pour leurs vies.  Ils risquent gros aujourd’hui pour faire respecter la constitution et les lois du pays, et sauver ce qui peut l’être encore d’un processus démocratique faux comme un billet de $ 3.00 dollars, et dont l’échec total devrait être constaté dans le comportement anti-démocratique de cette gouvernance grotesque, hors-la-loi, abusive, de pillage et de dilapidation de fonds publics, qu’offre l’administration incompétente et corrompue du Premier ministre Laurent Lamothe, Chef du gouvernement.   Et, si le Président de la république préfère continuer à gaspiller son capital politique dans ce Premier ministre indélicat et décrié même au-delà de nos frontières, il a sans doute ses raisons que la raison ne connaît pas, mais ne saurait vouloir se soustraire à toutes les conséquences de ce choix.

 

Jamais, au cours de notre histoire récente, des voix ne se sont élevées avec autant de fermeté et d’éloquence, au Parlement haïtien, dans la société civile et la classe politique, les associations professionnelles, les organisations populaires, ainsi que le secteur privé des affaires, pour dénoncer les dérives dictatoriales et brutales d’un gouvernement de plus en plus répressif, voleur et menteur, par qui les scandales arrivent en cascade, les uns plus avilissants que les autres, pour leurs auteurs et leurs acteurs, ainsi que pour la nation.  Mais, de ces courageux parlementaires dont l’action fait honneur au pouvoir législatif, il faut saluer particulièrement le patriotisme et la détermination du Président du Sénat, le Très Honorable Dieuseul Simon Desras, et du Président de la Chambre des Députés, le Très Honorable Jean Tholbert Alexis, dont le leadership responsable, ferme, éclairé et innovateur, sert à inspirer le peuple haïtien dans son apprentissage de la démocratie représentative et des exigences de l’état de droit.

 

Avec un discours toujours conciliant, rassembleur, et qui reflète le souci d’une stabilité politique durable consacrée par des négociations et les compromis raisonnables, les leaders du Sénat et de la Chambre des Députés ne se lassent pas de sonner l’alarme sur l’instauration d’une nouvelle dictature qui entend placer les institutions constitutionnelles sous le contrôle absolu de l’exécutif, obtenir la dissolution de facto du Parlement national, diriger par décret, interdire toute dissidence, et confisquer les libertés individuelles et celles d’une presse indépendante.  Aucun démocrate ne saurait rester insensible à cette troublante et menaçante conjoncture.

 

Après plus de vingt ans d’un processus démocratique chancelant et souvent moribond, chacun des pouvoirs indépendants qui se partagent la gestion de la souveraineté nationale, doit agir dans l’intérêt national sans malice ni tromperie, dans l’honnêteté et la transparence.  Pour le pouvoir exécutif qui, tout au long de notre histoire nationale, a trop souvent été à l’origine de toutes les machinations politiques, les complots visant à supprimer les libertés individuelles, la corruption et les abus de pouvoir, le temps est venu de prêcher par l’exemple et de rassurer les esprits inquiets, de sa volonté de consolider la démocratie représentative et de respecter la constitution et les lois du pays.

https://mail.google.com/mail/images/cleardot.gif

Print Friendly, PDF & Email