#HAITI: Le Bureau des Avocats Internationaux fustige le communiqué néocolonial du CORE GROUP

 

Le Bureau des Avocats Internationaux fustige le communiqué néocolonial du CORE GROUP
Le Bureau des Avocats Internationaux (BAI), dans sa mission première de défendre les droits des plus démunis, les droits inaliénables, imprescriptibles et inhérents à la personne humaine, en particulier ceux des victimes du choléra importé par la MINUSTAH, des femmes victimes de viol, d’agression sexuelles et autres abus de droit, dénonce avec la dernière rigueur le communiqué néocolonial, honteux et raciste du CORE GROUP, relatif à l’engagement du peuple Haïtien dans la lutte pour la réalisation du procès  petro-caribe, impliquant particulièrement des  anciens et actuels hauts fonctionnaires d’Etat corrompus qui ont dilapidé les 3.8 milliards de dollars américains, devant contribuer au développement d’Haïti.
En effet, dans un communiqué de presse publié le 2 novembre 2018[1], les membres du CORE GROUP ont salué l’engagement du peuple haïtien exprimé notamment dans la mobilisation du 17 octobre pour que lumière soit faite sur la gestion des « fonds publics », tout en s’arrogeant le droit de donner la leçon suivante au peuple haïtien: « Les membres du groupe rappellent la légitimité démocratique du gouvernement d’Haïti et des institutions élues et que, dans une démocratie, le changement doit se faire en passant par les urnes et non par la violence ».
Le BAI constate  que ce communiqué apparait dans un contexte où monsieur Jovenel Moise  fait face à plusieurs mobilisations de grandes envergures depuis son accession irrégulière à la présidence d’Haïti, signe d’un rejet national lié à une crise de légitimité chronique dont il souffre : d’abord les mouvements de protestation nationale contre le budget criminel 2017-2018, puis les émeutes des 6,7 et 8  juillet suite à l’augmentation du prix de l’essence à la pompe et surtout, la mobilisation nationale du 17 octobre et l’annonce des trois nouvelles journées de mobilisations nationales (18, 19 et 20 novembre).
Le BAI voit alors en ce communiqué néocolonial cancéreux, masqué par une rhétorique démocratique démagogique, pour voler au secours du pouvoir illégitime et anti-démocratique de Jovenel MOISE, un rappel de l’histoire récente d’Haïti caractérisée par le double jeu cynique de cette communauté internationale qui compromet l’avenir du peuple Haïtien. Car, à chaque fois que l’on invite le peuple haïtien en ses comices, cette communauté internationale qui prétend défendre les valeurs démocratiques et institutionnelles, répond toujours présent pour mépriser le vote populaire au profit des consensus politiques afin d’imposer un président mal élu. Et à chaque fois qu’il y a un président démocratiquement élu, cette communauté internationale  le renverse au profit des consensus politiques afin d’imposer un président de facto.
Ainsi, ce communiqué néocolonial du CORE GROUP  révèle encore une fois l’irresponsabilité, voire le caractère génocidaire de l’ingérence  des puissances impérialistes  comme les Etats-Unis, le Canada, la France, les Nations-Unies entre autres, qui veulent condamner Haïti à répéter les mêmes erreurs pour enfoncer davantage le peuple haïtien dans la misère. C’est un témoignage authentique du mépris de cette communauté internationale  envers les efforts du peuple haïtien pour combattre la corruption, l’impunité et pour construire une société réellement démocratique,  socialement juste et équitable.
A cet effet, le BAI honore la participation massive du peuple haïtien dans  la mobilisation nationale du 17 octobre pour exiger que lumière soit faite sur ce vaste scandale de corruption, en dépit des actes d’intimidation perpétrés contre des militants la veille de la journée du 17 octobre  et d’une campagne de peur orchestrée par le pouvoir,  faisant croire qu’il allait y  avoir une explosion de violence.
 Cependant, le BAI appelle à la vigilance citoyenne car ces ennemis historiques du peuple haïtien, en l’occurrence les soi-disant pays amis ou organisations internationales regroupés au sein du CORE GROUP qui ont fabriqué ce régime tèt kale (versions 1 et 2),  en guise d’une poursuite judiciaire donnant lieu à un procès équitable, proposent des élections au peuple haïtien en lutte et assoiffé de justice, revendiquant une conférence nationale souveraine pour aborder les grandes questions nationales.
Le BAI rappelle au CORE GROUP que le peuple haïtien est assez intelligent pour comprendre sa politique de deux poids deux mesures envers son pays. Alors que le CORE GROUP garde son silence sur les grandes questions nationales concernant les intérêts supérieurs du peuple haïtien, par exemple : pourquoi le  CORE GROUP ne se préoccupe-t-il pas de la consultation et du dédommagement revendiqués par les victimes du choléra, vu que les Nations-Unies qui ont introduit le cholera en Haïti et les grands pays donateurs des Nations-Unies, sont tous des membres de cette communauté internationale? Cette épidémie introduite par les Nations-Unies en Haïti, est-elle une arme épidémiologique de destruction massive destinée à exterminer les pauvres  avec la complicité du CORE GROUP ? Pourquoi le CORE GROUP ne s’intéresse-t-il pas à l’indue dette, évaluée de nos jours à plus de 21 milliards de dollars, que la France doit restituer à Haïti ? Pourquoi le CORE GROUP ne s’intéresse-t-il pas à la réserve d’or de la Banque Nationale de la République d’Haïti (BNRH) emportée par les marines américaines le 17 décembre 1914 ?  Pourquoi le CORE GROUP n’exige-t-il pas aux Nations-Unies, qui est son membre, de prendre en charge la responsabilité des enfants abandonnés nés des casques bleus ? Pourquoi le CORE GROUP n’a-t-il pas supporté la note du 25 février 2018 où Madame Susan D. Page, la représentante spéciale et chef de la MINUJUSTH, avait salué la mobilisation des citoyens haïtiens et la nomination d’un juge d’instruction dans le cadre du dossier petro-caribe? Pourquoi le CORE GROUP ne se prononce-t-il pas sur la situation douloureuse  des 7 familles dont le pouvoir a détruit leurs maisons pour les expulser de force dans le voisinage de monsieur Jovenel MOISE à pèlerin 5 ?  Mais, à chaque fois que le peuple haïtien décide de prendre son destin en main, le CORE GROUP est toujours présent pour le blâmer.
Donc, face au silence complice du CORE GROUP sur les grandes questions d’intérêt national haïtien, le BAI comprend que les membres du CORE GROUP sont, de toute évidence, les ennemis historiques des intérêts du peuple haïtien. Ce dernier  doit demander des comptes à cette communauté internationale qui instrumentalise les Conzé nationaux  contre la nation.
En ce sens, le BAI pense qu’il revient au peuple haïtien de juger et de décider de la voie à prendre, de manière souveraine, libre et indépendante, conformément aux idéaux du bien-être pour tous qui ont guidé toutes les  luttes de libération nationale.
Pourquoi, le BAI exhorte le peuple haïtien à bouder le communiqué néocolonial du CORE GROUP lui demandant d’abdiquer la  lutte contre la corruption et l’impunité.  Par conséquent, le BAI approuve la poursuite de la mobilisation, non seulement pour que lumière soit faite sur le fonds petro-caribe mais aussi et surtout, pour revendiquer une société alternative où les droits fondamentaux du peuple haïtien seront respectés, notamment le droit à l’auto-détermination et les droits économiques, sociaux et culturels.
Mario JOSEPH, Av
Bureau des Avocats Internationaux
[1] GEFFRARD, Robenson (2018, 05 nov). « Le Core Group revient au-devant de la scène ». Le Nouvelliste (Port-au-Prince), sur le site Le nouvelliste. Consulté le7 novembre 2018. https://lenouvelliste.com/article/194566/le-core-group-revient-au-devant-de-la-scene
Print Friendly, PDF & Email