Quid de la propagande en faveur de François Nicolas Jean Claude Duvalier!/Kerlens Tilus

 

Quid de la propagande en faveur de François Nicolas Jean Claude Duvalier!

 

« Pas d’objectivité. Plein d’ignorance.
On a gardé les Haïtiens dans l’ignorance la plus totale de l’Histoire, même récente, du pays.
Au moins aujourd’hui ta génération a l’Internet. Elle ferait bien de s’informer. Il y a plein de documentaires sur YouTube par exemple qui expliquent en détails les horreurs des années Duvalier. Sinon, elle va pleurer comme la mienne et celle de mes parents.  Jeunes Haïtiens, sachez que les Duvalier et les duvaliéristes sont de fins bluffeurs et menteurs au service des intérêts étrangers contre la Nation Haïtienne. Ils volent, tuent, emprisonnent et exigent mieux que toute autre chose. Ils n’arrivent même pas à nous chiffrer le trop peu de leurs réalisations, tant qu’elles n’ont servi qu’à enrichir les membres de leurs gouvernements. Je suis né et j’ai grandi à Port-au-Prince sous les 2 Duvalier. Elle n’a jamais été une quelconque “ville lumière” ! De grâce, ne faites plus rire de vous en répétant les mensonges propagés par les médias vendus, propriétés des acolytes des duvaliéristes. INFORMEZ-VOUS ! J’ai grandi avec les blackouts. “De quelle plus belle place de la Caraïbe” parles-tu? À l’arrivée de Jean-Claude, les Makouts avaient déjà volé les balançoires du Bicentenaire, les paysans amenés de l’arrière-pays le 22 mai avaient déjà transformé les Champs-de-mars en dépotoir en faisant caca dans les pots de fleurs et en se baignant dans les jets-d’eau. Il y  avait certes moins de monde et peu de moyens de communications. On n’était donc pas tous au courant de l’ampleur des désastres des Duvalier. Seul les journalistes les plus intrépides, les plus aventuriers et franchement les plus suicidaires prenaient les risques d’aller sur le terrain (lors des famines au Far West du Nord d’Ouest à Bombardopolis, dans les bateys dominicains) pour nous informer de la misère semblable au temps de l’esclavage que vivait le peuple haïtien sous les Duvalier.

Yvon Désir et Jhimy Jean, savez-vous qu’au départ de Jean-Claude la dette extérieure du pays était estimée à 700 millions de dollars, et la fortune personnelle de Jean-Claude à 900 millions ?
Savez-vous qu’en 1986 les Haïtiens étaient encore analphabètes à entre 86 et 95 % ?
Savez-vous qu’en 1947 (au début de la reconstruction de l’Europe de l’après-guerre) l’ONU avait réalisé une étude montrant qu’Haïti disposait des ressources humaines requises pour se développer comme n’importe quel autre pays ? Que les années entre 1947 et 1957 sont appelées “les dix glorieuses” parce que c’est le temps où il a fait le meilleur vivre en Haïti de toute son Histoire ? Savez-vous que le pays est en chute libre depuis l’arrivée de François Duvalier qui à partir de 1960 a tué, exilé et fait partir tous les cerveaux du pays pour ne les remplacer que par des médiocres sont la seule qualification est leur dévouement à la personne de Duvalier? Et qu’ils ont laissé les Haïtiens se reproduire, sans plan de société, comme des petits cochons qu’ils ont vendu à la République Dominicaine, aux Bahamas, à la Guyane française et à d’autres ? Qu’ils ont signé des papiers pour permettre aux étrangers de faire des expérimentations scientifiques sur les Haïtiens en Haïti même? Si les Haïtiens ont eu le Sida, 3 Haïtiens peuvent nous expliquer comment : Jean-Claude en tant que président, Roger Lafontant qui était ministre de l’Intérieur et une certain Willy Verrier qui était ministre de la Santé. Ils ont tous 3 signé le permis donnant le droit à des chercheurs allemands basés Blockhaus (Blokos) de vacciner les Haïtiens sans vérifier le contenu des seringues que les Allemands fourraient dans les bras des Haïtiens. Je vous recommande de lire L’Ensauvagement Macoute de Lesly Péan pour bien comprendre les enjeux. Que Dieu ait pitié de votre ignorance et de vos âmes, si vous vous laissez berner par les duvaliéristes… » (Hugues Girard)

 

Le jeudi 21 Juin, la Radio la Voix de l’Amérique a interviewé à Washington François Nicolas Jean Claude Duvalier. Pour les fins connaisseurs et les dialecticiens, ce n’était nullement une interview pour présenter un contenu viable, ni pour chercher la vérité. La Voix de l’Amérique voulait juste présenter au grand public le rejeton de l’ancien dictateur Baby Doc. D’entrée de jeu, Nicolas Duvalier a affirmé qu’il endosse son héritage. Pitit Tig se Tig tout bon. Mr. Nicolas ne se démarque pas des atrocités commises par le régime institué par son grand-père et poursuivi par son père. Pourquoi cette propagande bridsoukou en faveur de Nicolas Duvalier et qui sont derrière cette affaire ? Je suis un grand habitué des réseaux sociaux et je connais qui est qui et qui fait quoi sur les différents sites. Cette propagande est l’œuvre d’une frange du PHTK qui se veut être néo-duvaliériste. Ceux qui ont dilapidé les fonds du Petrocaribe cherchent à détourner l’attention. Dans une perspective électoraliste, il se peut qu’on cherche à fissurer l’électorat. Qui est François Nicolas Jean Claude Duvalier ? Quelles études a-t-il entrepris ? Quelle est sa vision de la chose publique ? Est-ce que Nicolas Duvalier saisit bien l’héritage laissé par son grand-père et son père ? Nous évitons de faire le procès de Nicolas Duvalier, mais est-ce que le bonhomme sait quel mal son grand-père et son père a fait à ce pays ?

 

Je ne suis ni duvaliériste, ni lavalassien. Je suis un social-démocrate qui, par pragmatisme croit dans le monde de production capitaliste et qui lutte pour des conditions de travail plus justes et plus équitables, ce qui fait de moi un altermondialiste. J’ai pris mon sacré temps pour visionner l’interview de François Nicolas Jean Claude Duvalier. Le bonhomme n’a pas de triture politique. Dans le langage vernaculaire, on dirait c’est un Nicolas poids plume qui est apparu à l’écran. Nous savons que le père n’était pas doué, mais le fils semble être à la même enseigne que son père lourdeau. Je ne suis pas là pour clouer les duvaliéristes au pilori, car leurs actes les suivent, ni pour ovationner quiconque. Nous disons tout simplement que François Nicolas Jean Claude Duvalier n’a pas sa place sur le terrain politique et ne devrait pas penser à se porter candidat à la présidence. Nous allons étayer notre thèse en quelques paragraphes. Après les dix glorieuses (1947-1957), période qu’on appelle l’âge d’or de la politique et de l’économie haïtienne, le docteur François Duvalier avait institué dans le pays un système barbare pour broyer les cerveaux et faire régresser le pays à tous les niveaux. Pour mieux appréhender l’ère duvaliérienne, il faut à coup sûr lire l’ouvrage de Leslie Péan titré : « L’économie politique de la corruption, l’ensauvagement macoute 1957-1986 ». Les archives sont là et le fameux sociologue Gérard Pierre Charles avait écrit de son côté : « Radiographie d’une dictature » qui est un chef d’œuvre également. La nouvelle génération n’a aucune idée de ce qu’a été la dictature des Duvalier. Les jeunes doivent lire et doivent fouiller, car les informations sont bel et bien disponibles. Nous ne devons pas oublier ce qu’a été Fort Dimanche. Nous ne devons pas oublier les crimes économiques de Papa Doc, de Baby Doc, de Michelle Bennett et de tous les proxys du Duvaliérisme.

 

On ne combat pas le mal par le mal et on ne combat pas la négation par la négation. Il y a un discours très en vogue qui met de l’eau au moulin des duvaliéristes et des ignorants qui font la propagande au profit de François Nicolas Jean Claude Duvalier que durant les 32 dernières années post 7 Février 1986, les gouvernements qui se sont succédé, surtout les lavalassiens n’ont rien fait de mieux que les Duvalier, alors Nicolas Duvalier a sa place sur l’échiquier politique. Le fait que le pays est cocoratisé et banditlégalisé, cela ne veut nullement dire que les choses ont été meilleures sous le régime des Duvalier. En fait, c’est comparé un cancer métastasé au sida. Tous deux sont mortels. Nous écrivons pour des jeunes qui doivent s’armer de courage pour donner une alternative aux thuriféraires qui bambilent en Haïti depuis 61 ans. Le régime duvaliérien a fait autant de mal à Haïti qu’ont fait les ténors lavalassiens. Je ne suis pas là pour donner l’absolution à quiconque, mais nous devons dire la vérité telle qu’elle est. De 1957 à 1986, nous avons raté le train du développement grâce à deux dictateurs qui ne juraient par tous les dieux de sauvegarder le pouvoir dans le sang et de ne faire aucune ouverture sur le monde. La corruption et la mauvaise gouvernance ont été au rendez-vous. Le bal de macaques qui a commencé sur le régime des Duvalier a poursuivi son cours avec les militaires, les lavalassiens et les Tèt Kale. Aujourd’hui, le débat ne doit pas être entre Duvalier et Aristide et consorts qui a fait plus de torts à Haïti. Le débat est : jetons les leaders passés à la poubelle de l’histoire et construisons sur de nouvelles bases avec des jeunes dynamiques.

 

François Nicolas Jean Claude Duvalier a grandi en France comme un prince grâce aux millions volés par ses parents. Aujourd’hui le rejeton du dictateur doit dire clairement au peuple haïtien qu’il est désolé pour les crimes odieux commis par son grand-père et les sbires de son père. Nous jugeons que Nicolas Duvalier a eu assez de ce pays. Qu’il continue à jouir l’argent volé par ses parents, qu’il nous fout la paix. Nicolas Duvalier a affirmé dans l’interview accordée à la Voix de l’Amerique qu’il était dans le business du cacao comme son grand-père Ernest Bennett. C’est archifaux. De sources sures, nous savons que c’est Georges Bennett et Gordon Bennett qui assurent la relève et qui investissent au Borgne dans la culture du Cacao. Nicolas Duvalier a dit également qu’il n’a jamais collaboré à aucun gouvernement. Nous savons que depuis 2012, le bonhomme était conseiller de Michel Martelly au Palais National. Le petit-fils d’assassin prouve qu’il est un menteur. Et il a dit qu’il est un viveur comme son père. Le bruit court que Nicolas Duvalier et Michelle Bennett sont à court d’argent et qu’ils convoitent le trésor public haïtien pour faire leur beurre. Nous n’allons pas faire l’écho de racontars. Nous jugeons que ces gens ont assez fait de torts au pays. La place de Michelle Bennett est derrière les barreaux. Nicolas Duvalier devrait plutôt chercher à obtenir un boulot, de travailler et de contribuer au développement du pays en payant des taxes, en investissant l’argent volé par ses parents dans le pays à défaut que la justice haïtienne ne restitue cet argent.

 

François Nicolas Jean Claude Duvalier n’est peut-être pas son grand-père, ni son père. Le jeune Duvalier peut vivre dans son pays comme citoyen, mais vouloir diriger le pays avec un bagage intellectuel presque vide c’est pousser de l’audace. Ce n’est pas parce que des spécialistes en marketing politique ont pu vendre Jovenel Moise comme un grand entrepreneur qui investissait dans la bananeraie et qui a connu du succès, ce qui a été un leurre que François Nicolas Jean Claude Duvalier croit qu’il peut être président de la république. Nous savons que le peuple subit présentement la violence structurelle de façon corsée et qu’il est dans l’incapacité de faire des choix judicieux, mais nous disons que la jeunesse mérite mieux. Je suis actif sur les réseaux sociaux, je vois le combat de milliers jeunes qui prônent le changement, qui font de l’éducation leur boussole et qui embrassent le discours prometteur d’une Haïti nouvelle. Le peuple ne peut pas retourner à sa vomissure. Il est grand temps qu’on sonne le glas pour mettre fin au règne des bandits légaux, des thuriféraires, des apatrides populistes de gauche qui ont jeté dans la poubelle l’effort de milliers de jeunes qui ont favorisé le 7 Février 1986. Les plaies laissées par les duvaliéristes sont toujours ouvertes et ne sont pas cicatrisées parce que justice n’a jamais été rendue aux victimes. François Nicolas Jean Claude Duvalier doit savoir que la fuite des cerveaux qui est à son apogée aujourd’hui a commencé avec son grand-père qui combattait les intellectuels, les jeunes adeptes du communisme et qui a poussé nos meilleures têtes à l’exil. Les conseillers de François Nicolas Duvalier doivent avoir le courage de dire la vérité au rejeton de Baby Doc qui parait être un lourdeau comme son père.

 

Chers jeunes, l’Etat haïtien n’existe pas. Nous avons un pays que de nom. Les dirigeants politiques ne se soucient guère de nous, le gouvernement ne cherche pas à donner des moyens aux jeunes afin qu’ils puissent jouer leur partition et créer la richesse. Ne vendez pas votre âme au diable. Il n’y a de salut en personne en ce bas monde. Le rêve de la nouvelle Haïti n’est pas l’affaire d’un homme, mais c’est l’affaire d’une équipe assumant un leadership éclairé, c’est l’affaire de tous les Haïtiens. Lè pwa te vèt, li pat fè mamit, se pa lèl sèch poul ta fè mamit. Je suis certes l’un des plus braves à dire non au projet de François Nicolas Jean Claude Duvalier comme candidat à la présidence pour 2022, mais je sais qu’il y a des millions de jeunes qui pensent comme moi et qui sont prêts à construire une alternative viable face aux thuriféraires. Ne restons pas les bras croisés. C’est une insulte grave fait au peuple haïtien de vouloir vendre François Nicolas Jean Claude Duvalier comme une figure de renouveau. C’est une insulte à l’intelligence, à la décence et à la mémoire collective de tous les opprimés en Haïti. Mr. Nicolas Duvalier, je vous conseillerai de retourner à l’université ou de vaquer à tes activités paisiblement. Chercher un boulot, fonder un foyer et vis ta vie de citoyen. Tu ne saurais effacer l’histoire ni la réécrire, en assumant ce que tu es, tu n’es pas obligé d’assumer tous les crimes et les forfaits commis par ton grand-père et ton père. Laisser le peuple haïtien chercher la voie de la liberté, du progrès et du développement endogène durable. Que les jeunes haïtiens puissent comprendre enfin que l’avenir leur appartient. Que tout Haïti se mobilise pour dire non à l’ordre ancien.

 

Kerlens Tilus      06/25/2018

Futurologue/ Templier de Dieu/ Ecrivain

Snel76_2000@yahoo.com

Tel : 631-639-0844

 

Quid de la propagande en faveur de François Nicolas Jean Claude Duvalier!

 

« Pas d’objectivité. Plein d’ignorance.
On a gardé les Haïtiens dans l’ignorance la plus totale de l’Histoire, même récente, du pays.
Au moins aujourd’hui ta génération a l’Internet. Elle ferait bien de s’informer. Il y a plein de documentaires sur YouTube par exemple qui expliquent en détails les horreurs des années Duvalier. Sinon, elle va pleurer comme la mienne et celle de mes parents.  Jeunes Haïtiens, sachez que les Duvalier et les duvaliéristes sont de fins bluffeurs et menteurs au service des intérêts étrangers contre la Nation Haïtienne. Ils volent, tuent, emprisonnent et exigent mieux que toute autre chose. Ils n’arrivent même pas à nous chiffrer le trop peu de leurs réalisations, tant qu’elles n’ont servi qu’à enrichir les membres de leurs gouvernements. Je suis né et j’ai grandi à Port-au-Prince sous les 2 Duvalier. Elle n’a jamais été une quelconque “ville lumière” ! De grâce, ne faites plus rire de vous en répétant les mensonges propagés par les médias vendus, propriétés des acolytes des duvaliéristes. INFORMEZ-VOUS ! J’ai grandi avec les blackouts. “De quelle plus belle place de la Caraïbe” parles-tu? À l’arrivée de Jean-Claude, les Makouts avaient déjà volé les balançoires du Bicentenaire, les paysans amenés de l’arrière-pays le 22 mai avaient déjà transformé les Champs-de-mars en dépotoir en faisant caca dans les pots de fleurs et en se baignant dans les jets-d’eau. Il y  avait certes moins de monde et peu de moyens de communications. On n’était donc pas tous au courant de l’ampleur des désastres des Duvalier. Seul les journalistes les plus intrépides, les plus aventuriers et franchement les plus suicidaires prenaient les risques d’aller sur le terrain (lors des famines au Far West du Nord d’Ouest à Bombardopolis, dans les bateys dominicains) pour nous informer de la misère semblable au temps de l’esclavage que vivait le peuple haïtien sous les Duvalier.

Yvon Désir et Jhimy Jean, savez-vous qu’au départ de Jean-Claude la dette extérieure du pays était estimée à 700 millions de dollars, et la fortune personnelle de Jean-Claude à 900 millions ?
Savez-vous qu’en 1986 les Haïtiens étaient encore analphabètes à entre 86 et 95 % ?
Savez-vous qu’en 1947 (au début de la reconstruction de l’Europe de l’après-guerre) l’ONU avait réalisé une étude montrant qu’Haïti disposait des ressources humaines requises pour se développer comme n’importe quel autre pays ? Que les années entre 1947 et 1957 sont appelées “les dix glorieuses” parce que c’est le temps où il a fait le meilleur vivre en Haïti de toute son Histoire ? Savez-vous que le pays est en chute libre depuis l’arrivée de François Duvalier qui à partir de 1960 a tué, exilé et fait partir tous les cerveaux du pays pour ne les remplacer que par des médiocres sont la seule qualification est leur dévouement à la personne de Duvalier? Et qu’ils ont laissé les Haïtiens se reproduire, sans plan de société, comme des petits cochons qu’ils ont vendu à la République Dominicaine, aux Bahamas, à la Guyane française et à d’autres ? Qu’ils ont signé des papiers pour permettre aux étrangers de faire des expérimentations scientifiques sur les Haïtiens en Haïti même? Si les Haïtiens ont eu le Sida, 3 Haïtiens peuvent nous expliquer comment : Jean-Claude en tant que président, Roger Lafontant qui était ministre de l’Intérieur et une certain Willy Verrier qui était ministre de la Santé. Ils ont tous 3 signé le permis donnant le droit à des chercheurs allemands basés Blockhaus (Blokos) de vacciner les Haïtiens sans vérifier le contenu des seringues que les Allemands fourraient dans les bras des Haïtiens. Je vous recommande de lire L’Ensauvagement Macoute de Lesly Péan pour bien comprendre les enjeux. Que Dieu ait pitié de votre ignorance et de vos âmes, si vous vous laissez berner par les duvaliéristes… » (Hugues Girard)

 

Le jeudi 21 Juin, la Radio la Voix de l’Amérique a interviewé à Washington François Nicolas Jean Claude Duvalier. Pour les fins connaisseurs et les dialecticiens, ce n’était nullement une interview pour présenter un contenu viable, ni pour chercher la vérité. La Voix de l’Amérique voulait juste présenter au grand public le rejeton de l’ancien dictateur Baby Doc. D’entrée de jeu, Nicolas Duvalier a affirmé qu’il endosse son héritage. Pitit Tig se Tig tout bon. Mr. Nicolas ne se démarque pas des atrocités commises par le régime institué par son grand-père et poursuivi par son père. Pourquoi cette propagande bridsoukou en faveur de Nicolas Duvalier et qui sont derrière cette affaire ? Je suis un grand habitué des réseaux sociaux et je connais qui est qui et qui fait quoi sur les différents sites. Cette propagande est l’œuvre d’une frange du PHTK qui se veut être néo-duvaliériste. Ceux qui ont dilapidé les fonds du Petrocaribe cherchent à détourner l’attention. Dans une perspective électoraliste, il se peut qu’on cherche à fissurer l’électorat. Qui est François Nicolas Jean Claude Duvalier ? Quelles études a-t-il entrepris ? Quelle est sa vision de la chose publique ? Est-ce que Nicolas Duvalier saisit bien l’héritage laissé par son grand-père et son père ? Nous évitons de faire le procès de Nicolas Duvalier, mais est-ce que le bonhomme sait quel mal son grand-père et son père a fait à ce pays ?

 

Je ne suis ni duvaliériste, ni lavalassien. Je suis un social-démocrate qui, par pragmatisme croit dans le monde de production capitaliste et qui lutte pour des conditions de travail plus justes et plus équitables, ce qui fait de moi un altermondialiste. J’ai pris mon sacré temps pour visionner l’interview de François Nicolas Jean Claude Duvalier. Le bonhomme n’a pas de triture politique. Dans le langage vernaculaire, on dirait c’est un Nicolas poids plume qui est apparu à l’écran. Nous savons que le père n’était pas doué, mais le fils semble être à la même enseigne que son père lourdeau. Je ne suis pas là pour clouer les duvaliéristes au pilori, car leurs actes les suivent, ni pour ovationner quiconque. Nous disons tout simplement que François Nicolas Jean Claude Duvalier n’a pas sa place sur le terrain politique et ne devrait pas penser à se porter candidat à la présidence. Nous allons étayer notre thèse en quelques paragraphes. Après les dix glorieuses (1947-1957), période qu’on appelle l’âge d’or de la politique et de l’économie haïtienne, le docteur François Duvalier avait institué dans le pays un système barbare pour broyer les cerveaux et faire régresser le pays à tous les niveaux. Pour mieux appréhender l’ère duvaliérienne, il faut à coup sûr lire l’ouvrage de Leslie Péan titré : « L’économie politique de la corruption, l’ensauvagement macoute 1957-1986 ». Les archives sont là et le fameux sociologue Gérard Pierre Charles avait écrit de son côté : « Radiographie d’une dictature » qui est un chef d’œuvre également. La nouvelle génération n’a aucune idée de ce qu’a été la dictature des Duvalier. Les jeunes doivent lire et doivent fouiller, car les informations sont bel et bien disponibles. Nous ne devons pas oublier ce qu’a été Fort Dimanche. Nous ne devons pas oublier les crimes économiques de Papa Doc, de Baby Doc, de Michelle Bennett et de tous les proxys du Duvaliérisme.

 

On ne combat pas le mal par le mal et on ne combat pas la négation par la négation. Il y a un discours très en vogue qui met de l’eau au moulin des duvaliéristes et des ignorants qui font la propagande au profit de François Nicolas Jean Claude Duvalier que durant les 32 dernières années post 7 Février 1986, les gouvernements qui se sont succédé, surtout les lavalassiens n’ont rien fait de mieux que les Duvalier, alors Nicolas Duvalier a sa place sur l’échiquier politique. Le fait que le pays est cocoratisé et banditlégalisé, cela ne veut nullement dire que les choses ont été meilleures sous le régime des Duvalier. En fait, c’est comparé un cancer métastasé au sida. Tous deux sont mortels. Nous écrivons pour des jeunes qui doivent s’armer de courage pour donner une alternative aux thuriféraires qui bambilent en Haïti depuis 61 ans. Le régime duvaliérien a fait autant de mal à Haïti qu’ont fait les ténors lavalassiens. Je ne suis pas là pour donner l’absolution à quiconque, mais nous devons dire la vérité telle qu’elle est. De 1957 à 1986, nous avons raté le train du développement grâce à deux dictateurs qui ne juraient par tous les dieux de sauvegarder le pouvoir dans le sang et de ne faire aucune ouverture sur le monde. La corruption et la mauvaise gouvernance ont été au rendez-vous. Le bal de macaques qui a commencé sur le régime des Duvalier a poursuivi son cours avec les militaires, les lavalassiens et les Tèt Kale. Aujourd’hui, le débat ne doit pas être entre Duvalier et Aristide et consorts qui a fait plus de torts à Haïti. Le débat est : jetons les leaders passés à la poubelle de l’histoire et construisons sur de nouvelles bases avec des jeunes dynamiques.

 

François Nicolas Jean Claude Duvalier a grandi en France comme un prince grâce aux millions volés par ses parents. Aujourd’hui le rejeton du dictateur doit dire clairement au peuple haïtien qu’il est désolé pour les crimes odieux commis par son grand-père et les sbires de son père. Nous jugeons que Nicolas Duvalier a eu assez de ce pays. Qu’il continue à jouir l’argent volé par ses parents, qu’il nous fout la paix. Nicolas Duvalier a affirmé dans l’interview accordée à la Voix de l’Amerique qu’il était dans le business du cacao comme son grand-père Ernest Bennett. C’est archifaux. De sources sures, nous savons que c’est Georges Bennett et Gordon Bennett qui assurent la relève et qui investissent au Borgne dans la culture du Cacao. Nicolas Duvalier a dit également qu’il n’a jamais collaboré à aucun gouvernement. Nous savons que depuis 2012, le bonhomme était conseiller de Michel Martelly au Palais National. Le petit-fils d’assassin prouve qu’il est un menteur. Et il a dit qu’il est un viveur comme son père. Le bruit court que Nicolas Duvalier et Michelle Bennett sont à court d’argent et qu’ils convoitent le trésor public haïtien pour faire leur beurre. Nous n’allons pas faire l’écho de racontars. Nous jugeons que ces gens ont assez fait de torts au pays. La place de Michelle Bennett est derrière les barreaux. Nicolas Duvalier devrait plutôt chercher à obtenir un boulot, de travailler et de contribuer au développement du pays en payant des taxes, en investissant l’argent volé par ses parents dans le pays à défaut que la justice haïtienne ne restitue cet argent.

 

François Nicolas Jean Claude Duvalier n’est peut-être pas son grand-père, ni son père. Le jeune Duvalier peut vivre dans son pays comme citoyen, mais vouloir diriger le pays avec un bagage intellectuel presque vide c’est pousser de l’audace. Ce n’est pas parce que des spécialistes en marketing politique ont pu vendre Jovenel Moise comme un grand entrepreneur qui investissait dans la bananeraie et qui a connu du succès, ce qui a été un leurre que François Nicolas Jean Claude Duvalier croit qu’il peut être président de la république. Nous savons que le peuple subit présentement la violence structurelle de façon corsée et qu’il est dans l’incapacité de faire des choix judicieux, mais nous disons que la jeunesse mérite mieux. Je suis actif sur les réseaux sociaux, je vois le combat de milliers jeunes qui prônent le changement, qui font de l’éducation leur boussole et qui embrassent le discours prometteur d’une Haïti nouvelle. Le peuple ne peut pas retourner à sa vomissure. Il est grand temps qu’on sonne le glas pour mettre fin au règne des bandits légaux, des thuriféraires, des apatrides populistes de gauche qui ont jeté dans la poubelle l’effort de milliers de jeunes qui ont favorisé le 7 Février 1986. Les plaies laissées par les duvaliéristes sont toujours ouvertes et ne sont pas cicatrisées parce que justice n’a jamais été rendue aux victimes. François Nicolas Jean Claude Duvalier doit savoir que la fuite des cerveaux qui est à son apogée aujourd’hui a commencé avec son grand-père qui combattait les intellectuels, les jeunes adeptes du communisme et qui a poussé nos meilleures têtes à l’exil. Les conseillers de François Nicolas Duvalier doivent avoir le courage de dire la vérité au rejeton de Baby Doc qui parait être un lourdeau comme son père.

 

Chers jeunes, l’Etat haïtien n’existe pas. Nous avons un pays que de nom. Les dirigeants politiques ne se soucient guère de nous, le gouvernement ne cherche pas à donner des moyens aux jeunes afin qu’ils puissent jouer leur partition et créer la richesse. Ne vendez pas votre âme au diable. Il n’y a de salut en personne en ce bas monde. Le rêve de la nouvelle Haïti n’est pas l’affaire d’un homme, mais c’est l’affaire d’une équipe assumant un leadership éclairé, c’est l’affaire de tous les Haïtiens. Lè pwa te vèt, li pat fè mamit, se pa lèl sèch poul ta fè mamit. Je suis certes l’un des plus braves à dire non au projet de François Nicolas Jean Claude Duvalier comme candidat à la présidence pour 2022, mais je sais qu’il y a des millions de jeunes qui pensent comme moi et qui sont prêts à construire une alternative viable face aux thuriféraires. Ne restons pas les bras croisés. C’est une insulte grave fait au peuple haïtien de vouloir vendre François Nicolas Jean Claude Duvalier comme une figure de renouveau. C’est une insulte à l’intelligence, à la décence et à la mémoire collective de tous les opprimés en Haïti. Mr. Nicolas Duvalier, je vous conseillerai de retourner à l’université ou de vaquer à tes activités paisiblement. Chercher un boulot, fonder un foyer et vis ta vie de citoyen. Tu ne saurais effacer l’histoire ni la réécrire, en assumant ce que tu es, tu n’es pas obligé d’assumer tous les crimes et les forfaits commis par ton grand-père et ton père. Laisser le peuple haïtien chercher la voie de la liberté, du progrès et du développement endogène durable. Que les jeunes haïtiens puissent comprendre enfin que l’avenir leur appartient. Que tout Haïti se mobilise pour dire non à l’ordre ancien.

 

Kerlens Tilus      06/25/2018

Futurologue/ Templier de Dieu/ Ecrivain

 

 

Print Friendly, PDF & Email