Est- ce qu’Haïti va continuer de marcher tête baissée en refusant de nouer des relations diplomatiques avec la Chine Populaire?

Est- ce qu’Haïti va continuer de marcher tête baissée en refusant de nouer des relations diplomatiques avec la Chine Populaire?

 

« Nous devons avoir non seulement des propositions concrètes pour arriver à une solution mais surtout comment appliquer ces propositions. Ces soi-disant leaders du pays que ce soit le parlement, Le système judiciaire, la police et la société civile (l’élite) la bourgeoisie ne se soucient pas du développement d’Haïti mais de leurs intérêts personnels. Depuis 1965 nous n’avons jamais cessé de dénoncer la mauvaise gouvernance existante dans le pays et jamais avions-mis mis sur pied une organisation viable avec pour but de changer l’ordre des choses. Nous en avions discuté maintes fois et ces discussions n’ont jamais abouti à aucune proposition concrète. Les alliances politiques n’ont pas duré, les organisations succombent sous le poids du désintéressement. La méfiance et la division règnent parmi nous. Dans ce petit jeu égoïste, chacun risque d’être perdant, sauf peut-être les manipulateurs qui se réjouissent et s’enrichissent. Nous parlons ici de la complicité et de l’incompétence de nos soi-disant leaders. Quelles mesures pouvons-nous prendre pour combattre à l’avenir la division,  et reconstruire l’unité, la solidarité et la paix ? Telle est la question qui se pose à chacun d’entre nous [dans la conjoncture actuelle] et c’est ensemble, par le débat honnête et respectueux, sans émotion et parti-pris, par l’échange de point-de vue constructif, par le dialogue que nous trouverons les bonnes réponses à cette question fondamentale. Sinon nous continuerons à nager dans la corruption, la misère, l’obscurantisme et la victimisation.

Cette entreprise doit être collective ou ne réussira pas. Il s’agit d’une campagne nationale de motivation à l’intérieur comme à l’extérieur pour contribuer à façonner à notre pays un nouveau destin, ce combat n’a pour grande ambition que de nous faire retrouver notre fierté en effaçant toutes flétrissures d’hier et de nous faire conquérir dans l’univers une situation morale digne de notre glorieux passé ; aussi de nous faire quitter la place, combien dégradante de pays : le plus pauvre de l’Amérique. (pays de merde). Ce changement nécessaire et même indispensable et urgent doit s’effectuer, car une société dont tous les membres n’éprouvent pas un égal intérêt à la préserver est une société malsaine, une société troublée, une société instable. Bref une société dysfonctionnelle. Nous pouvons le faire, il n’y a pas d’autres voies pour sortir le pays vraiment de la crise c’est-à-dire de façon durable. Nous devons le faire car le défi est collectif. La faute est à nous tous… Aussi longtemps que la division/méfiance persiste. Haïti comme nation serait affaiblie et diminuée. » (Carlo W Paul)

 

Ce petit texte du compatriote Carlo W. Paul qui sert d’introduction à mon article est tiré d’un forum où un débat est lancé sur les élites haïtiennes. Les gens commencent à se poser des questions et à avoir le ras le bol. Comme écrivain, nous avons la responsabilité de faire écho de tout ce qui se dit au sein de la population, de la société civile, de la classe des intellectuels pour permettre à tout un chacun d’être informé des multiples opportunités et possibilités que nous avons d’agir. Hier, la nouvelle est tombée comme un couperet : la République Dominicaine a rompu les relations diplomatiques avec le Taiwan pour nouer des relations avec la République de Chine Populaire. Les Dominicains qui ont payé Jacques Attali depuis plus de dix ans pour réaliser un rapport pour eux sur les enjeux politiques et les voies qu’ils peuvent arpenter pour arriver au développement réel décident de prendre le diable la queue et de se mettre du côté de la Chine Populaire qui fait un jeu de charme au côté des pays du Tiers-Monde depuis tantôt cinq années. La République Dominicaine est un pays pauvre, certes, mais il dépasse Haïti de mille coudées. Les Dominicains veulent sortir de la pauvreté et leurs dirigeants s’engagent. Bien qu’ils aient de très bonnes relations avec les Etats-Unis d’Amérique qui supportent le Taiwan, ils ont pris la décision qui va dans le sens de leurs intérêts. Pourquoi Haïti continue de marcher tête baissée en refusant de nouer des relations diplomatiques avec la Chine Populaire?

 

Rien qu’en 2017, des citoyens haïtiens comme Amos André et Newton Louis Juste ont accueilli une délégation chinoise en Haïti qui était venue parler des perspectives d’une coopération entre la Chine Populaire et Haïti. Selon ces messieurs la Chine Populaire dispose d’un montant de 30 milliards de dollars pour mettre en place des projets en Haïti sur une période de cinq ans. L’information a fait le tour de la presse, mais l’idée n’a pas fait long feu. Pourquoi les autorités haïtiennes sont contre un rapprochement avec la Chine Populaire ? Hier, nous avons écrit un article ayant pour titre : Pourquoi faut-il freiner le PHTK ? Cet article peut bien servir d’argumentaire pour répondre à cette question posée. A part du racisme d’une frange de la communauté internationale qui n’arrive pas à digérer le fait qu’Haïti ait mis fin au système esclavagiste et à la traite négrière en tant que tel, le plus grand problème auquel Haïti fait face aujourd’hui est cette mafia constituée des éléments de la bourgeoisie haïtienne qui refuse de donner une chance à ce pays. Pour bien cerner la question de relations diplomatiques entre Haïti, la Chine Populaire et le Taiwan, il faut faire un coup d’œil sur la relation qui existe entre le Amcham qui est la Chambre de Commerce Américaine en Haïti et le Taiwan ainsi que la relation qui existe entre le Core Group et le Taiwan, et en dernier lieu, la relation existant entre le Forum Economique et le Taiwan.

 

Le Taiwan n’a pas seulement en l’Etat haïtien un partenaire sûr, mais le Taiwan contrôle l’espace haïtien à travers ces organisations et ces institutions qui font la délégation de pouvoir sur le terrain politique haïtien. Le Taiwan utilise un pactole de plus de 200 millions de dollars environ par année pour avoir le soutien d’Haïti aux Nations-Unies. Cet argent est partagé entre le secteur privé des affaires, la société civile, les ONGs, la classe politique et les dirigeants de l’Etat haïtien pour ne pas dire l’Etat haïtien, car les investissements réels dans des projets viables pour la société sont insignifiants. Certains commerçants en Haïti vendent des produits qui ne viennent que du Taiwan. Couper les relations diplomatiques avec le Taiwan c’est déranger les affaires de ces gens. Qu’est-ce qu’Haïti a tiré du Taiwan durant ces 32 dernières années ? Le Taiwan différemment de la Chine Populaire utilise la corruption pour faire ses avancées diplomatiques. Un économiste haïtien m’avait dit l’année dernière quand je voulais écrire sur la présentation faite par Amos André et Newton Louis Saint Juste que le Taiwan n’est pas du tout chiche en ce qui a trait à faire des riches en Haïti. Tout le monde sait à quel point le bourgeois et le politicien haïtien peut être crapuleux. Ils ne s’occupent que de leurs intérêts. Le Taiwan débourse, mais demande pas des comptes. Qui ne se souvient pas des 20 millions de dollars que le Taiwan avait donnés pour la construction de la route de carrefour sous le pouvoir lavalas. Le Sénateur Wesner Emmanuel à qui le chèque avait été remis lors d’une mission en Taiwan a failli laisser sa peau dans cette affaire. Nèg yo manje lajan an nan men Senatè Emmanuel.

 

Je ne peux pas dire que le Taiwan est de mauvaise foi. Nous savons que les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Le Taiwan aurait bien voulu aider Haïti correctement, mais puisque les dirigeants haïtiens n’ont jamais pensé au développement réel du pays, le Taiwan ne pouvait être plus royaliste que le roi. S’il peut avoir le soutien d’Haïti aux Nations-Unies, pourquoi s’immiscer dans les affaires troubles haïtiennes. Nous avons des documents qui prouvent chaque année comment le Taiwan débourse de l’argent en Haïti. Le Taiwan supporte des partis politiques bidons, des ONGs, des acteurs dits importants de la société civile, les dirigeants de l’Etat haïtien et la bourgeoisie locale qui impose au pays les dirigeants politiques. 10 à 20 millions de dollars pour mener campagne comme candidat à la présidence, c’est peu pour le Taiwan. Nous comprenons bien aujourd’hui pourquoi tous les présidents haïtiens qui ont été aux Nations-Unis prennent toujours le soin de mentionner le support d’Haïti au Taiwan. Le Taiwan fait des heureux en Haïti pendant que le peuple croupit dans la misère abjecte. Qu’est-ce qu’une coopération avec la Chine Populaire peut apporter de bon et de concret pour Haïti ?

 

Haïti a une histoire presque similaire avec la Chine Populaire. La Chine qui a l’une des plus anciennes civilisations a été colonisée à un moment donné par cinq pays (La France, l’Angleterre, les Etats-Unis d’Amérique, la Russie et le Japon). Tous ces pays pillaient les ressources chinoises avant la révolution culturelle de Mao Tse Toung. La Chine comprend ce que cela veut dire un pays vilipendé. La Chine aide des pays en Afrique, mais cette coopération est basée sur le respect et la dignité. Peut-on parler d’impérialisme chinois dans ce contexte ? Ceci peut faire l’objet d’un autre débat. La Chine Populaire comprend les enjeux en Haïti pour avoir eu des relations étroites avec de nombreux Haïtiens qui ont fait des études et vécu en Chine et qui cherchent à faire le rapprochement entre elle et Haïti. Nous avons vu de nos yeux vus les efforts déployés par les Chinois dans plusieurs pays de l’Afrique comme le Niger, le Nigeria, le Rwanda pour ne citer que ceux-là. La Chine vient pour exploiter les richesses, mais elle donne quelque chose en retour : elle garantit le développement. Avec l’Administration Trump qui a choisi de faire un retrait calculé dans les affaires internes des pays du Tiers-Monde, Haïti peut profiter de ce moment pour faire le rapprochement avec la Chine Populaire. Mais, ne vous y trompez pas chers compatriotes, ce ne sera pas possible avec les bandits légaux au pouvoir et cette mafia arabo-juive.

 

La Chine ne donne pas de l’argent comme les Américains et le Taiwan pour la consommation personnelle des dirigeants. La Chine s’asseoit avec les dirigeants du pays avec lequel elle veut entrer en coopération et ensemble, ils étudient les problèmes et proposent des solutions. Il revient au pays qui demande la coopération de choisir les axes d’intervention et déterminer un plan d’action. Les Chinois évaluent les ressources nationales et ce qu’ils ont à gagner et décident de signer un accord de coopération. Haïti est trop riche pour être pauvre avait dit l’ambassadrice Pamela White. Avec les Chinois, les Haïtiens sauront pour de vrai ce que renferme leur sous-sol et leur mer. Ils finiraient par tirer leurs épingles du jeu. Il ne s’agit pas de livrer le pays à la Chine Populaire, mais nous faisons ce qui est juste, ce qui est bon pour l’intérêt commun. J’encourage la coopération avec la Chine Populaire. Nos voisins dominicains caressent ce rêve depuis plus d’une dizaine d’années. Aujourd’hui, ils décident à marcher avec la Chine. Qu’est-ce que les Haïtiens attendent pour provoquer un changement de régime et entrer en coopération avec la Chine Populaire. Voilà pourquoi les élections présidentielles de 2021 seront importantes pour Haïti. La Chine avait promis en 2016 d’électrifier tout Haïti pour la rondelette somme de 1.2 milliard de dollars. Un mémorandum of understanding a même été signé par Aviol Fleurant. Les dirigeants haïtiens savent quoi faire et comment faire, mais par méchanceté, ils ne le feront pas, car ils ne pourront pas voler l’argent de la Chine, car cette dernière prend en charge les projets et débourse jusqu’au dernier centime. Il n’y a pas de place pour la corruption. En Chine, nous savons qu’on exécute sommairement les dirigeants corrompus.

 

Les solutions sont là. Les Haïtiens doivent juste prendre leur courage à deux mains pour faire les meilleurs choix. « La diaspora doit jouer un rôle prépondérant. Cessons de recruter les mêmes crapules. Il faut de nouveaux leaders dévoués prêts à donner leur temps bénévolement s’il le faut. Soit on veut se sacrifier pour le pays soit on veut s’enrichir à ses dépens. » Des pays comme la Chine Populaire et la Russie peuvent être d’un grand aide et support à Haïti. Il faut tout simplement une diplomatie qui bouge, non pas avec des petits propagandistes, mais avec des jeunes sérieux, compétents et honnêtes qui sauront plaidoyer pour le bien commun, pour les intérêts suprêmes de la nation. Il n’y aura pas de développement pour Haïti sans un rapprochement avec des pays comme la Chine Populaire. Etablir des relations diplomatiques avec la Chine Populaire est une nécessité vitale pour Haïti. Avec une coopération chinoise, on pourra bien fêter grandiosement la fête de l’Agriculture et du travail, car il y aura bien sûr du travail à gogo pour tous les Haïtiens. Que vive Ayiti !

 

Kerlens Tilus    05/01/2018

Futurologue/ Templier de Dieu

Snel76_2000@yahoo.com

Print Friendly, PDF & Email