Les Arabes et les Mulâtres en Haïti qui contrôlent la classe d’affaires ont longtemps choisi la voie de la bamboche et de la corruption

Accueil | Opinion | Quid des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts octroyées aux nantis d’Haïti?
Quid des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts octroyées aux nantis d’Haïti?
20/10/2017 05:50:00Kerlens Tilus

Pour comprendre comment les hommes d’affaires haïtiens sont méchants et inconscients, il faut questionner les pactes secrets passés entre ces messieurs et dames et les responsables de l’Etat haïtien concernant les franchises douanières et les exemptions de taxes et d’impôts durant ces trente dernières années. Au premier trimestre de l’année 2012, les Départements du Commerce et du Trésor Américains ont publié un rapport d’enquête sur les citoyens américains résidant en Haïti et qui sont dans les affaires. L’enquête a révélé que les citoyens Américains en Haïti bénéficient de franchises douanières s’élevant à un milliard de dollars l’an et d’un montant de 1.4 milliard de dollars sur les exemptions sur les autres taxes et impôts sur le revenu. L’Etat haïtien a un manque à gagner de 2.4 milliards de dollars par an en octroyant des privilèges à la classe des nantis. Il faut rappeler à tous que 2.4 milliards de dollars équivalent au budget de la République d’Haïti. Voilà pourquoi à partir de 2014, le Département d’Etat Américain a décidé de réduire les aides octroyées à Haïti et de couper certaines subventions. Les Etats-Unis d’Amérique jugent que l’Etat haïtien devrait faire un meilleur travail de collection de taxes et d’impôts. Depuis 2016, l’USAID avait signifié au gouvernement provisoire de Jocelerme Privert que les réductions d’aide allaient venir. C’est dans cette optique que des économistes comme Wilson Laleau choisissent de dresser un budget en augmentant les taxes et impôts des éléments de la classe moyenne et des masses populaires. Le pouvoir en place a fait le choix de ne pas entamer des réformes fiscales. Dans ce bref article, nous voulons analyser pour le grand public le pourquoi des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts dans une société capitaliste et expliquer à tous comment l’Etat haïtien devrait procéder pour rebalancer les choses et rendre justice aux pauvres qui souffrent dans ce pays.

Nous sommes arrivés à un carrefour de notre histoire où les langues commencent à se délier, où l’on ne peut pas continuer à rendre responsable le Blanc parce que le Blanc a décidé de nous donner une certaine marge de manœuvre pour voir si nous pouvons réellement nous prendre en mains. Avec l’élection de Donald J. Trump, Haïti a la possibilité de tirer son épingle du jeu, d’effectuer des réformes en profondeur, d’établir des politiques publiques pour faire respecter le principe d’équité et d’égalité. Donald Trump durant sa campagne électorale avait promis que les Etats-Unis d’Amérique s’immisceront de moins en moins dans les affaires d’autres pays. Aujourd’hui, nous voyons clairement que l’Administration Trump donne la primauté aux questions domestiques par rapport aux affaires étrangères. Qu’est-ce qui empêche à Haïti d’ouvrir un channel de communication avec la Chine Populaire? Qu’est-ce qui empêche à Haïti de contacter des investisseurs au Moyen et au Proche-Orient? L’Administration de Jovenel Moise est otage de la classe d’affaires qui refusent de payer des taxes et des impôts. Les Arabes et les Mulâtres en Haïti qui contrôlent la classe d’affaires ont longtemps choisi la voie de la bamboche et de la corruption généralisée. Ils ont prouvé qu’ils ne sont pas des Haïtiens. Nous n’encourageons pas la violence dans le pays, mais le peuple doit résister face à la menace que constituent ces deux classes en Haïti. Nous ne cherchons nullement à dédouaner les bossales qui s’allient à ces apatrides pour clouer au pilori les pauvres Haïtiens, miséreux de leur état. N

Print Friendly, PDF & Email