Lettre Ouverte de Mr.Yves Blot Dolce au Magouilleur Wilson Laleau et consorts

 

 

Je soussigné, Yves Blot Dolcé, certifie que la présente note est la vérité et toute la vérité sur mon implication involontaire dans le feu croisé de notes circulant sur internet entre le camp de Wilson Laleau et celui de Youry Latortue.

En tant que citoyen haïtien soucieux du bien-être de ma nation trop longtemps vilipendée, j’émets régulièrement des opinions dans les médias sociaux. Grâce notamment à mon appartenance au site www.kalepwa.com, mes opinions sont suivies par bon nombre d’internautes qui y voient la sincérité d’un jeune qui aimerait que les opportunités dont il bénéficie aux Etats-Unis soient accessibles à ses compatriotes en Haïti.

C’est ainsi que le 15 Juillet dernier, je reçus un appel téléphonique de Gérard Mathieu qui avait avec lui Jude Charles Faustin, tous deux employés au Palais National. Ils me demandèrent si j’étais disposé à signer une pétition citoyenne dénonçant l’état actuel du pays. Ils me dirent clairement que le nom du sénateur Youry Latortue figurerait défavorablement dans le texte de la pétition. Je leur exprimai mon accord avec le principe de la pétition, et émis le vœu, légitime, d’en prendre connaissance avant de la signer.

A ma grande stupéfaction, quelques heures plus tard, des amis me firent part de l’existence d’une note virulente à l’égard du sénateur Latortue qui circulait avec ma signature dans les médias sociaux. Mes efforts visant à obtenir une rectification de cette utilisation malhonnête de mon identité par Gérard Mathieu furent infructueux.

Je décidai donc de contacter Pascale Adrien, chef de cabinet du sénateur Latortue, pour lui expliquer ce qui s’était passé exactement. N’ayant aucune animosité contre M. Latortue,  je n’avais aucun intérêt à signer une telle note qui s’inscrit d’ailleurs en porte-à-faux avec mes valeurs et mes principes.

Aujourd’hui, mercredi 19 juillet, 2017, j’ai aussi reçu une note signée de Pascal Adrien qui, elle non plus, n’est pas conforme à la vérité. C’est pourquoi j’entends exprimer cette vérité le plus clairement possible :

–      J’avais accepté  de signer une pétition citoyenne après ma conversation avec Gérard Mathieu. Mais je leur avais clairement dit que je devais d’abord en lire le contenu.

–       Je n’ai jamais accepté, contrairement à ce qui figure dans le texte de Pascal Adrien, de signer un texte qui ne serait pas une pétition.

–       Je n’ai pris connaissance du texte qui porte ma signature qu’après sa publication dans les réseaux sociaux.

Cela dit, je suis écœuré, en tant que jeune haïtien qui aimerait voir Haïti s’engager sur la voie du progrès, de voir comment, au plus haut niveau de l’état, on patauge encore dans la boue putride de la médiocrité. Si cet acharnement à se salir mutuellement pouvait se transformer en volonté de développer Haïti, notre pays serait parmi les plus développés de la région. Malheureusement, la ténacité des vieilles pratiques au sein de la classe politique ne m’autorise pas un tel optimisme.
Sent from my iPhone

Print Friendly, PDF & Email